Derniers commentaires

dommage que je ne puisse pas ...

10/08/2016 @ 17:27:37
par chantal


Vous êtes irresponsable ! A base ...

08/10/2015 @ 13:18:03
par Hiéléna


de même diagnostiquée bipolaire et prenant ...

22/05/2015 @ 19:35:30
par Sophie Moreau


etant diagnostiquée bipolaire , je trouve ...

11/04/2015 @ 20:26:48
par lopes


Bonjour Merci de toutes vos informations concernant ...

27/02/2014 @ 07:56:20
par BARON Nathalie


Calendrier

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Liens

 
30 Aoû 2013 - 11:51:24

"le médicament ne sert à rien"

David Healy sous l'emprise du médicament



07-09-2006

Le marketing de la santé mentale : La psychiatrie sous l’emprise des labos, par David Healy Source : New Scientist – repris et traduit par Courrier international – n° 820 – 20 juil. 2006 L’industrie pharmaceutique

invente-t-elle ou redéfinit-elle des maladies dans le but de vendre toujours plus de médicaments ? Le psychiatre David Healy en est convaincu, comme de plus en plus de ses collègues médecins et chercheurs. Les premières images du spot télévisé montrent une femme débordant de vie qui fait la fête et danse toute la nuit. « Votre médecin ne vous voit jamais comme cela », dit la voix off. Sur le plan suivant, la même femme apparaît, le corps tassé et le visage triste : « Il vous voit comme cela. » Tout de suite après on la voit en train de faire ses courses, pleine de vitalité. « Voilà pourquoi tant de personnes qui souffrent de troubles bipolaires suivent un traitement contre la dépression et ne vont pas mieux : la dépression n’est que la moitié de l’histoire. » La femme revient à nouveau, l’air abattu, des factures à la main. Puis un autre plan la montre en train de repeindre son appartement avec beaucoup d’énergie. « La femme dynamique, capable de faire la fête toute la nuit, qui parle vite et réagit au quart de tour ne va probablement jamais chez le médecin », reprend la voix off. Cette publicité a été diffusée à la télévision américaine en 2002. Les téléspectateurs étaient encouragés à se rendre à l’adresse Internet , qui conduit sur le site Bipolar Help Center. En regardant au bas de la page d’accueil, on apprend qu’il appartient au groupe pharmaceutique Eli Lilly. On y trouve un « questionnaire sur les troubles de l’humeur ». La publicité à la télévision montrait la femme en train de remplir ce questionnaire, et les téléspectateurs étaient encouragés à en faire autant. « Faites ce test et apportez-le à votre médecin, il peut changer votre vie. Un diagnostic correct est le premier pas à faire pour traiter les troubles bipolaires. Aidez votre médecin à vous aider. » On peut voir cette publicité comme un véritable effort pour informer les personnes qui ne savent pas qu’elles souffrent d’une des maladies psychiatriques les plus graves et les plus invalidantes qui soient : la psychose maniaco-dépressive, répertoriée parmi les troubles bipolaires. Ceux qui en sont atteints connaissent une alternance de phases de Société pour l’Action et la Recherche en Psychiatrie Propulsé par Joomla! Généré: 26 June, 2010, 00:38 dépression profonde et d’épisodes d’exaltation ou d’euphorie [dits maniaques] tout aussi extrêmes, qui peuvent détruire leur vie. On peut aussi voir ce spot comme un exemple de disease mongering : le fait d’inventer une nouvelle maladie pour développer un nouveau marché et vendre des médicaments. Elle pousse les gens à considérer toute fluctuation de l’humeur comme le symptôme d’une maladie qui nécessite un traitement. Aucun médicament n’est mentionné sur le site web, mais on y insiste sur l’importance d’un traitement médicamenteux de longue durée. Au moment de la diffusion du spot, l’olanzapine (Zyprexa), du laboratoire Eli Lilly, venait juste d’être autorisée par la Food and Drug Administration (FDA), l’agence de sécurité sanitaire américaine, pour traiter les épisodes maniaques, et des essais étaient en cours afin de l’instaurer comme « régulateur de l’humeur » ou « thymorégulateur », un terme que personne ou presque n’avait jamais entendu avant 1995. [L'humeur, en psychiatrie, possède un sens très fort, défini de manière négative : les troubles de l'humeur désignent toutes les formes de dépression ou de manie. Le mot est synonyme de thymie, du grec thumos, le siège des passions.] Cette autorisation faisait suite à une campagne de sensibilisation lancée par l’industrie pharmaceutique sur le thème de la nécessité de « réguler l’humeur ». Elle avait débuté justement en 1995, l’année où la FDA a autorisé les laboratoires Abbott à utiliser un antiépileptique, le valproate de sodium (Dépakine), pour traiter les épisodes maniaques. Aux Etats-Unis, le feu vert de la FDA permet aux laboratoires de faire de la publicité pour les usages qu’elle a autorisés. Dans ses publicités destinées aux médecins, Abbott s’est donc mis à décrire le valproate de sodium comme un « thymorégulateur », ce qui a sans doute incité beaucoup de praticiens à penser que le médicament pouvait non seulement traiter les épisodes maniaques, mais aussi les autres troubles de l’humeur. Six ans plus tard, en 2001, le qualificatif « thymorégulateur » s’appliquait désormais aussi à des antipsychotiques. Pourtant, ces médicaments sont avant tout indiqués pour le traitement de la schizophrénie. Et les articles des revues scientifiques disent clairement qu’il n’y a pas de consensus parmi les psychiatres sur ce qu’est exactement un « thymorégulateur ». On assista à peu près au même moment à un autre glissement. Car, si on peut accepter le recours aux antipsychotiques pour traiter les épisodes maniaques, c’est-à-dire sur le court terme, il n’existe pas le moindre consensus sur le bien-fondé de leur utilisation comme traitement de longue durée des troubles bipolaires. Pourtant, depuis 2000, les laboratoires Eli Lilly, Janssen et AstraZeneca se sont rués sur ce nouveau terrain et ont entamé des démarches afin de faire agréer leurs antipsychotiques non seulement pour les épisodes maniaques, mais aussi comme « régulateurs de l’humeur » de longue durée. Résultat : les personnes souffrant de troubles bipolaires se voient aujourd’hui systématiquement prescrire un cocktail de médicaments qui coûtent très cher et qu’ils doivent prendre de façon permanente. Les laboratoires, souvent avec le soutien enthousiaste des psychiatres, ont réussi à ancrer profondément dans les esprits l’idée que ces troubles requièrent un traitement préventif pendant toute la vie, et pas seulement lors de la survenue des épisodes maniaques ou dépressifs. On peut ainsi lire sur le site Bipolar Help Center d’Eli Lilly qu’il est « capital de suivre un traitement de longue durée. Sans les médicaments, les symptômes réapparaîtront et la maladie s’aggravera. » Les informations fournies par Janssen, qui commercialise la rispéridone sous le nom de Risperdal, vont dans le même sens : « Les médicaments ont une importance cruciale dans le traitement des troubles bipolaires. Les études réalisées ces vingt dernières années montrent de façon incontestable que les personnes qui prennent les médicaments appropriés se portent mieux sur le long terme que celles qui n’en prennent aucun. » Il existe cependant beaucoup moins de preuves qu’on ne le pense pour appuyer ces affirmations. Et les rares qui sont disponibles ne portent que sur la forme la plus grave de la maladie. [Les troubles bipolaires sont classés en deux catégories : les types I et II, du plus grave au plus léger, et des formes limites appelées troubles cyclothymiques.] Les données manquent à peu près complètement sur le type II ou la cyclothymie étant donné que les essais cliniques ont surtout été effectués sur des personnes souffrant de troubles bipolaires de type I. Or ces derniers ne correspondent qu’à un dixième des cas. En fait, à l’exception peut-être du lithium [le traitement de référence pour cette maladie, découvert il y a plusieurs dizaines d'années] pour les troubles bipolaires de type I, aucun essai randomisé contrôlé ne montre que les sujets atteints de troubles bipolaires qui prennent des médicaments se portent mieux sur le long terme que ceux qui n’en prennent pas. L’olanzapine d’Eli Lilly a été autorisée par la FDA pour le traitement de longue durée des troubles bipolaires en janvier 2004 sur la base d’un essai randomisé contrôlé. Mais cet essai n’a duré qu’un an et les rechutes les plus évidentes sont survenues juste après que les patients eurent cessé de prendre le médicament, ce qui laisse penser qu’ils souffraient en fait de symptômes de sevrage. Même les preuves apportées pour démontrer l’efficacité du lithium sont controversées. Il est vrai que ce manque de preuves est dû aux difficultés qu’il y a à mener des essais durant plus de quelques semaines pour des pathologies aussi complexes que les troubles bipolaires. Mais les preuves d’efficacité ne doivent pas faire oublier leurs dangers. La toxicité potentielle du lithium est bien documentée, et de nombreuses données montrent que le risque de mortalité est plus élevé chez les personnes qui prennent des antipsychotiques de façon régulière sur le long terme. Cette conséquence ainsi que d’autres effets secondaires connus des antipsychotiques ne sont pas visibles dans les essais relativement courts destinés à démontrer l’efficacité d’un traitement en psychiatrie. Les essais sur l’utilisation des antipsychotiques dans les cas de schizophrénie montrent également que le taux de suicide est nettement plus élevé parmi ceux qui prennent le médicament que dans le groupe placebo. Par ailleurs, on peut se demander si les bienfaits censément démontrés lors des essais cliniques se retrouvent véritablement dans l’activité thérapeutique. Il y a un siècle, dans le nord du pays de Galles, les personnes atteintes de troubles bipolaires de type I étaient hospitalisées en moyenne quatre fois par décennie. Aujourd’hui, malgré les énormes progrès médicaux et pharmacologiques, les patients atteints du même mal sont hospitalisés quatre fois plus souvent ! Ce n’est pas ce qui se passe lorsqu’un traitement « marche », mais c’est assez souvent ce qui se passe lorsqu’il a des effets secondaires. Ceux qui « promeuvent » les troubles bipolaires insistent sur le taux effrayant de suicide chez les personnes qui en société pour l’Action et la Recherche en Psychiatrie Propulsé par Joomla! Généré: 26 June, 2010, 00:38 souffrent. [On estime que 20 % des malades souffrant de troubles bipolaires de type I ou II décèdent par suicide.] L’enjeu est immense, mais la controverse l’est aussi. [David Healy a récemment mis en évidence que les antidépresseurs, dans certaines conditions, augmentaient le risque de suicide chez les personnes déprimées. Healy a affirmé en 2002 que 25 000 personnes s'étaient suicidées uniquement à cause du Prozac.] Le débat sur le rôle des antidépresseurs dans le suicide a récemment pris un nouveau tour : celui de l’erreur de diagnostic. Les antidépresseurs causeraient des suicides s’ils sont prescrits à tort, dans le cas de troubles de l’humeur. Si le médecin avait vu que le patient était bipolaire, argumente-t-on, il n’aurait pas fait l’erreur de prescrire un antidépresseur. [On considère que le trouble bipolaire est sous-diagnostiqué : jusqu'à 40 % des dépressifs pourraient être en fait des maniaco-dépressifs et prennent donc un traitement inapproprié.] Du fait de ce risque de suicide, la plupart des psychiatres auraient des scrupules à ne pas prescrire de médicaments à un patient atteint de troubles bipolaires. Pourtant les éléments disponibles montrent que les médicaments ne servent à rien. Jitschak Storosum et ses collègues du Comité néerlandais d’évaluation des médicaments ont analysé les quatre essais randomisés contrôlés en double aveugle sur l’efficacité de « régulateurs de l’humeur » dans la prévention des épisodes maniaco-dépressifs, qui leur ont été soumis entre 1997 et 2003. Ils ont comparé le risque de suicide chez les patients prenant divers médicaments et dans le groupe contrôle. Parmi les 943 sujets qui prenaient un médicament, il y a eu deux suicides et huit tentatives de suicide. Il n’y a eu que deux tentatives et aucun suicide parmi les 418 patients du groupe placebo. Si l’on se fonde sur ces chiffres, les actes suicidaires sont 2,2 fois plus fréquents chez les personnes sous « régulateur de l’humeur » que chez celles sous placebo. Si l’efficacité des « régulateurs de l’humeur » est douteuse et s’ils augmentent le risque de suicide, il faudrait logiquement être très prudent en ce qui concerne la généralisation de leur utilisation. Or on assiste actuellement aux Etats-Unis à une forte hausse des diagnostics de troubles bipolaires chez les enfants. Aujourd’hui, on donne même de l’olanzapine et de la rispéridone à des enfants d’âge préscolaire. Pourtant, ces enfants ne remplissent pas les critères habituels des troubles bipolaires de type I. Les troubles bipolaires chez les enfants ne sont d’ailleurs pas reconnus en dehors des Etats-Unis. Les chercheurs affirmaient encore très récemment que la maladie maniaco-dépressive n’apparaît que très rarement avant l’adolescence. Pourtant, certains spécialistes sont désormais prêts à envisager de détecter les premiers signes de troubles bipolaires dans des comportements hyperactifs de l’embryon dans l’utérus. Rien que chez les adultes, il existe déjà un fort potentiel pour créer une « épidémie » artificielle de troubles bipolaires parce que les diagnostics se fondent sur des jugements subjectifs, et non pas sur des critères objectifs comme une hospitalisation ou un arrêt de travail d’un mois. Avec les enfants, ce risque est encore plus grand parce que le diagnostic se fonde principalement sur les dires des parents et parce que la plupart des pratiques cliniques font très peu de cas du contexte dans lequel les parents élèvent leurs enfants. A une époque où les deux parents ont souvent de longues journées de travail et où les services de garde d’enfants rejettent les enfants « difficiles », les médicaments peuvent être le moyen le plus simple de faire face à un problème de comportement. Certaines études menées dans ce domaine aggravent encore la situation. Des établissements réputés pour leur sérieux, comme le Massachusetts General Hospital à Boston [l'un des hôpitaux les plus prestigieux des Etats-Unis], ont testé l’olanzapine et la rispéridone sur des enfants âgés en moyenne de 4 ans. L’hôpital avait recruté les participants en diffusant à la télévision des publicités disant que les comportements agressifs et difficiles chez les enfants de 4 ans pouvaient être dus à des troubles bipolaires. Quel que soit le jugement que l’on peut porter sur la qualité de ces recherches, cette publicité faisait plus que recruter des enfants ayant réellement des problèmes de comportement : elle laissait entendre que de petits troubles ordinaires doivent être considérés comme une maladie. L’utilisation de « régulateurs de l’humeur » en traitement d’entretien et de longue durée des troubles bipolaires se fonde davantage sur des v¦ux pieux que sur une base théorique ou empirique solide. De fortes preuves démontrent que ces médicaments mettent en danger la santé et la vie des adultes qui les prennent : alors, qui sait ce qui attend les jeunes enfants auxquels on administre de plus en plus ces substances complexes ? La seule chose qui soit assurée, c’est la santé financière des laboratoires pharmaceutiques qui produisent ces médicaments.

David Healy

New Scientist

L’auteur

Professeur à la faculté de médecine de l’université de Cardiff, au pays de Galles, David Healy, 51 ans, est unspécialiste très controversé des antidépresseurs. Ce psychiatre irlandais a affirmé que certains d’entre eux généraient une forte addiction. Et, surtout, il a montré qu’ils pouvaient encourager les suicides dans certaines conditions – ce que les laboratoires viennent de reconnaître après plusieurs années de déni (voir CI n° 506, du 13 juillet 2000). Il a témoigné en ce sens comme expert dans plusieurs procès qui ont opposé des familles à l’industrie pharmaceutique. Il est l’auteur de treize livres, dont Le Temps des antidépresseurs (éd. Les Empêcheurs de penser en rond, 2002).

« Disease Mongering »

« On peut gagner beaucoup d’argent en persuadant des gens bien portants qu’ils sont malades. C’est pourquoi leslaboratoires pharmaceutiques promeuvent des maladies et en font la publicité auprès des médecins et des consommateurs », pouvait-on lire en 2002 dans le British Medical Journal, l’une des références mondiales de la presse médicale. La revue se penchait sur le phénomène du disease mongering, le fait d’inventer une maladie pour développer un nouveau marché et vendre des médicaments, et dénonçait « l’alliance de l’industrie, des médecins, de Société pour l’Action et la Recherche en Psychiatrie

Propulsé par Joomla! Généré: 26 June, 2010, 00:38

groupes de patients et des médias pour présenter des maux communs comme des problèmes graves, des problèmes personnels comme des questions médicales, des risques comme des maladies… ».

courrier international 2006 | ISSN de la publication électronique : 1768-3076

Source NewScientist

 

Société pour l’Action et la Recherche en Psychiatrie

Admin · 3365 vues · Laisser un commentaire

Lien permanent vers l'article complet

http://bipolaireinfo.sosblog.fr/victimes-b1/le-medicament-ne-sert-a-rien-b1-p55.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)