Derniers commentaires

dommage que je ne puisse pas ...

10/08/2016 @ 17:27:37
par chantal


Vous êtes irresponsable ! A base ...

08/10/2015 @ 13:18:03
par Hiéléna


de même diagnostiquée bipolaire et prenant ...

22/05/2015 @ 19:35:30
par Sophie Moreau


etant diagnostiquée bipolaire , je trouve ...

11/04/2015 @ 20:26:48
par lopes


Bonjour Merci de toutes vos informations concernant ...

27/02/2014 @ 07:56:20
par BARON Nathalie


Calendrier

Janvier 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << <Sep 2017> >>
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Liens

 
Affichage des articles postés en: Janvier 2017

20 Jan 2017 

bipolaire : ce qui vous attend

Une famille de Nancy attaque en justice le centre psychothérapique de Laxou pour maltraitance

Un patient du centre psychothérapique de Laxou a été admis aux urgences ce weekend dans un état inquiétant, après avoir passé trois semaines en isolement. La famille dénonce une maltraitance institutionnelle et attend des réponses. Le centre annonce qu'il diligente une enquête.  Un homme atteint de bipolarité, une maladie psychique bien connue, hospitalisé jusqu'ici au centre psychothérapique de Laxou, a dû être conduit aux urgences au cours du weekend. Il est suivi depuis plusieurs années par le centre, mais son état s'est dégradé ces dernières semaines. L'équipe médicale a donc décidé de le placer en isolement, comme le préconise le protocole de prise en charge, sauf que selon la famille, cet isolement a duré trois semaines, sans qu'aucun soin n'ait été prodigué.      Mon frère est un vrai légume" - une soeur du patient  "Mon frère est soigné dans ce centre psychiatrique depuis plusieurs années", raconte une de ses soeurs, "suite à une erreur de dosage de traitement, survenue le mois dernier, il a fait une rechute entraînant des épisodes psychotiques. Il a donc été mis à l’isolement pendant trois semaines, trois semaines sans contact extérieur, sans que la famille ne puisse être renseignée du moindre élément. On a demandé s’il y avait un problème et on nous disait que tout allait bien. Puis, ce weekend, on nous informe qu’il est admis aux urgences. Et c’est là qu’on découvre l’horreur. Mon frère est méconnaissable, c’est un vrai légume, il a été attaché, il est couvert d’escarres, il n’a pas été soigné. Sa langue est couverte de croûtes. On se demande bien ce qui a pu se passer pendant ces quinze derniers jours ? Quel traitement lui a-t-on administré ? On ne sait rien, on ne veut rien nous dire".  Face aux incriminations, la direction de l’établissement organise une réunion d’urgence avec la famille ce dimanche matin. Le directeur et un cadre de santé sont présents, mais aucune réponse n’a été apportée. Une enquête interne sera diligentée.      On ne lâchera rien, nous sommes en droit de savoir" - un frère du patient  "On n'en restera pas là !', déclare le tuteur du malade qui n’est autre que son frère cadet, "son foie a été attaqué, ses reins aussi, le cerveau... Il ne marche plus aujourd’hui, alors qu’il se tenait droit quand il est entré ici au CPN. En principe, quand on entre dans un hôpital, c’est pour en sortir mieux et là je retrouve mon frère aux urgences. Il faut qu’on sache ce qui s’est passé. Nous sommes en droit de savoir. C’est pour cela qu’on ne lâchera rien".  La famille a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République et de saisir le contrôleur des lieux de privation de liberté.