Derniers commentaires

dommage que je ne puisse pas ...

10/08/2016 @ 17:27:37
par chantal


Vous êtes irresponsable ! A base ...

08/10/2015 @ 13:18:03
par Hiéléna


de même diagnostiquée bipolaire et prenant ...

22/05/2015 @ 19:35:30
par Sophie Moreau


etant diagnostiquée bipolaire , je trouve ...

11/04/2015 @ 20:26:48
par lopes


Bonjour Merci de toutes vos informations concernant ...

27/02/2014 @ 07:56:20
par BARON Nathalie


Calendrier

Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteurs: 2

rss Syndication

Liens

 
01 Oct 2013 - 08:50:28

Big Pharma, une industrie toute-puissante qui joue avec notre santé,

Big Pharma

Vous expliquez aussi dans votre livre qu’Internet est un rouage-clé dans cette entreprise de désinformation. De quelle façon?

D’ordinaire, le marketing pharmaceutique cible les médecins puisque ce sont eux qui prescrivent les médicaments. C’est d’ailleurs pourquoi le marketing pharmaceutique se présente le plus souvent sous les dehors de la science, puisqu’il faut convaincre des médecins a priori sceptiques à l’égard des messages commerciaux de l’industrie.

L’arrivée d’Internet a profondément changé la donne en permettant aux laboratoires de s’adresser directement aux patients-consommateurs et de créer chez eux des besoins qu’ils demanderont ensuite aux prescripteurs de satisfaire - « Parlez-en à votre médecin ». De nos jours, les patients ne sont plus passifs vis-à-vis du savoir médical. Ils s’informent sur les sites santé comme Doctissimo, participent à des réseaux sociaux spécialisés dans leur pathologie, forment des communautés virtuelles dont les membres échangent renseignements et conseils. Sept Français sur dix utilisent ainsi Internet pour s’informer sur la santé.

On présente souvent cela comme un empowerment démocratique des malades. Ceux-ci, nous dit-on, ne s’en laissent plus conter car ils ont à leur disposition de multiples sources d’information. Or l’information n’y est guère contrôlée. Elle est même souvent sous influence. Par exemple, il y a une blogueuse qui a fait dès l’été une critique défavorable de « Big Pharma », bien avant la parution du livre. Elle nous objecte que les Français n’ont pas besoin d’être alertés sur les méfaits de l’industrie pharmaceutique, car ils sont devenus des « e-patients » qui trouvent une information critique sur Internet. Peut-elle vraiment ignorer que cette notion d’« e-patient » vient directement de l’argumentaire des marketeurs de l’industrie? Ils la promeuvent activement depuis plusieurs années (quelques exemples ici, là et là)?

Big Pharma ne demande pas mieux que les patients s’informent par eux-mêmes sur Internet, car c’est sur son information qu’ils vont immanquablement tomber. Comme l’explique l’expert en santé publique Antoine Vial dans notre livre, l’information médicale a un prix et celle qu’on trouve sur les sites santé et réseaux sociaux du web n’est gratuite et immédiate que parce que des labos ou des agences de communication ont payé derrière pour placer tel ou tel contenu ou pour obtenir telles ou telles données.

Face à une information gratuite, il faut donc toujours se demander « Qui ? ». Qui a payé pour le site de telle association de patients, pour telle campagne de prévention? Qui a lancé le buzz au sujet de telle pathologie, de tel médicament? Qui est derrière tel blog? Loin de constituer un contre-pouvoir à la machine à désinformer de l’industrie pharmaceutique, Internet est en permanence ventriloqué par elle. On ne peut absolument pas faire confiance au Web pour obtenir une information objective et de qualité sur les médicaments. Même l’encyclopédie en ligne Wikipédia est manipulée.

Grâce au WikiScanner qui permet de détecter les modifications suspectes apportées à une entrée, on a pu voir ce qu’écrivent ou retranchent certaines firmes sur Wikipédia. Pouvez-vous donner des exemples?

Le WikiScanner permet de « désanonymiser » les modifications apportées à une entrée par des utilisateurs dont les ordinateurs sont enregistrés sous des adresses IP appartenant à des grandes entreprises ou à des organisations comme la CIA. C’est ainsi qu’on a pu montrer qu’un ordinateur de la compagnie pharmaceutique Abbott Laboratories avait été utilisé pour enlever la mention d’un article scientifique qui révélait que le médicament contre l’arthrose Humira, doublait les risques de développer des infections graves et triplait ceux de développer certains types de cancer. Le même ordinateur avait servi à supprimer toute information au sujet des risques d’accidents cardio-vasculaires présentés par un autre produit d’Abbott, le médicament anti-obésité Meridia. Il faut savoir que le Meridia a depuis été retiré du marché à cause de ces mêmes risques, ce qui illustre la gravité du caviardage effectué par Abbott.

Dans le livre, nous nous attardons sur les modifications apportées à l’entrée « Quiétapine » par l’Utilisateur « chrisgaffneymd » à partir d’un ordinateur appartenant au géant pharmaceutique AstraZeneca. La quiétapine, commercialisée sous le nom de marque Seroquel, est un antipsychotique de seconde génération qui présente toutes sortes de risques et d’effets secondaires: suicidalité, prise de poids importante, diabète, accidents cardio-vasculaires, dyskinésie tardive, syndrome neuroleptique malin.

Or comme l’a révélé un blogueur anonyme, l’utilisateur « chrisgaffneymd » a systématiquement éliminé toutes les références à ces effets secondaires dans l’entrée « Quiétapine ». Il s’est aussi transporté sur les entrées concernant d’autres antipsychotiques de seconde génération pour souligner à grands traits leurs effets secondaires, afin de torpiller la concurrence. Du vrai travail de professionnel, visiblement effectué par un médecin psychiatre (son nom d’Utilisateur se termine par « md », ce qui semble indiquer qu’il est M.D., Medicinae Doctor. C’est absolument stupéfiant de cynisme!

L’entrée « Trouble bipolaire » a elle aussi été modifiée par ce même « chrisgaffneymd ».

Oui, ainsi que l’entrée « Spectre bipolaire ». On peut évidemment se demander pourquoi l’employé d’une compagnie pharmaceutique s’intéresse ainsi à la définition d’un trouble psychiatrique, mais la réponse est évidente pour quiconque connaît un peu les pratiques de Big Pharma. En (re)définissant les critères diagnostiques d’une maladie, on peut en effet augmenter considérablement les indications – et donc les ventes – d’un médicament donné. C’est ce que les marketeurs de l’industrie appellent dans leur jargon le « condition branding », autrement dit la promotion des maladies.

Au lieu de vendre un médicament, on promeut une maladie pour laquelle le médicament est indiqué. Cela peut être une maladie existante dont on étend ou modifie artificiellement la définition pour élargir le marché d’un médicament. Cela peut aussi être une maladie créée de toutes pièces, comme le désormais fameux « trouble dysphorique pré-menstruel » qui a été intégré dans le « DSM », manuel de recension des troubles psychiatriques, par des experts complaisants pour fournir un débouché au Sarafem de la compagnie Eli Lilly, un médicament recyclant la molécule du Prozac, arrivée en bout de brevet.

Le « trouble bipolaire » relève de la première catégorie, qu’on pourrait qualifier d’« extension du domaine de la maladie »...

Oui, excellente expression ! Le « trouble bipolaire » a été introduit en 1980 dans la nosographie du « DSM-III » pour remplacer celui de psychose maniaco-dépressive. Celle-ci se définissait classiquement comme un trouble de l’humeur faisant osciller le patient entre des états d’hyperactivité maniaque et des états de dépression profonde. Il s’agissait clairement d’une psychose grave, relativement rare, pour laquelle on donnait des antipsychotiques.

Or dans les éditions ultérieures du « DSM », des commissions composées à 100% d’experts ayant des liens d’intérêt avec des firmes pharmaceutiques ont introduit un « trouble bipolaire II », auquel ont été annexées des formes moins sévères de dépression et/ou d’hyperactivité. De fil en aiguille, on a commencé à parler d’un « spectre bipolaire » incluant quasiment n’importe quelle forme d’instabilité d’humeur et affectant toutes les tranches d’âge, des enfants turbulents aux vieillards déprimés. Tout cela nommé indifféremment « trouble bipolaire » et traité avec... des antipsychotiques de seconde génération comme le Seroquel d’AstraZeneca! Vous comprenez maintenant pourquoi l’homme d’AstraZeneca s’est intéressé aux entrées sur le trouble bipolaire dans Wikipédia.

Lorsqu’on examine ses ajouts et amendements, on voit tout de suite qu’il s’agissait essentiellement pour lui de redéfinir la dépression et l’hyperactivité en trouble bipolaire caché ou mal diagnostiqué – autrement dit d’élargir le marché du Seroquel. C’est à la faveur d’opérations de « condition branding » de ce genre que le marché des antipsychotiques a littéralement explosé ces dix dernières, pour atteindre un chiffre d’affaires de 18 milliards de dollars par an. En promouvant agressivement le concept de « trouble bipolaire », les fabricants d’antipsychotiques et d’antiépileptiques ont réussi à capter le marché détenu auparavant par les antidépresseurs du type Prozac et les psychostimulants comme la Ritaline.


Admin · 2248 vues · Laisser un commentaire

Lien permanent vers l'article complet

http://bipolaireinfo.sosblog.fr/victimes-b1/Big-Pharma-une-industrie-toute-puissante-qui-joue-avec-notre-sante-b1-p77.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)